Suivez C9info sur

Actualité

Un numéro de bus défie les Gbakas à Abobo

Publié dépuis

- Le

Les abobolais ont une nouvelle habitude. Plus besoin forcément de prendre des minicars, appelés  « Gbakas », aux conducteurs imprudents, qui obligent à la prière afin d’arriver sain et sauf à destination. La Société des transports abidjanais (SOTRA), a décidé de mener une rude concurrence à ces transports privés en mettant en place l’une des lignes les plus régulières d’Abidjan, le 54.

« Moi en tout cas, je ne prends plus les minicars pour aller à Adjamé. Il me suffit d’attendre à l’arrêt. Le 54 passe toutes les dix minutes. Je pense qu’après le 13 qui va à Koumassi, c’est le bus le plus régulier d’Abidjan. Tout le monde prend le 54 même les commerçantes qui vont à Adjamé. C’est à la mode à Abobo ici », s’est exprimé Sylla Moussa, un habitant de la commune.

Située au nord d’Abidjan, la commune d’Abobo est la plus peuplée du district d’Abidjan. Le flux occasionné par le déplacement des habitants tous les jours vers leurs lieux d’activités, pose un véritable problème de transport. Les minicars, plus nombreux, se taillaient jusque-là, la plus grosse part du gâteau en transportant le maximum de personnes vers Adjamé, une commune située au centre d’Abidjan. Un marché que la Société de Transport Abidjanais (SOTRA) a finalement décidé d’explorer de la meilleure des manières en lançant le 54 sur les routes.

« Nous souhaitons qu’il soit encore plus régulier comme ça on va totalement abandonner les gbakas. Au moins quand tu es dans le bus tu es en sécurité. J’espère en tout cas que cette ligne ne sera pas supprimé », souhaite Henriette Bohoussou, commerçante au marché d’Adjamé.

C9info.com-2019

C9INFO SUR FACEBOOK

A LIRE EGALEMENT

Copyright © 2019 | Tous droits réservés exclusivement à C9info | Conçu & Développé par Weboffix